• Amphibiens

     

     

     

     

     

    La classe des amphibiens comporte beaucoup moins d’espèces que les poissons, reptiles, oiseaux ou bien encore mammifères. En effet, seulement 2000 espèces font parties de ce groupe, bien qu’elles soient réparties en 250 genres étant donnée leur importante diversité.

     Les amphibiens ont été les premiers vertébrés terrestres. Ils descendent certainement de poissons vivant il y a environ 360 millions d’années dans des marécages qui peu à peu se sont desséchés. Ces poissons ont donc commencé à s’aventurer hors de l’eau, donnant ainsi naissance à la classe des amphibiens.

     En effet, les amphibiens ont la particularité de vivre dans deux milieux différents : sur terre et dans l’eau, c’est d’ailleurs la signification de leur nom puisque amphibien signifie « qui vit dans deux éléments ». Ainsi, les amphibiens passent la plus grande partie de leur vie sur terre, mais ils naissent dans l’eau et ils  y retournent pour s’y reproduire. Seul quelques rares espèces évitent de retourner en milieu aquatique grâce à un sac dorsale à l’intérieur duquel à lieu le développement des œufs. Pour leur permettre cette adaptation à deux milieux fondamentalement différents, leur système respiratoire évolue au fur et à mesure qu’ils grandissent. Par conséquent, à l’éclosion les jeunes sont munis de branchies afin qu’ils puissent librement respirer sous l’eau, puis ces branchies sont remplacées par des poumons qui leur permettent  alors de respirer à l’air libre. Mais la majorité des amphibiens respirent aussi d’une toute autre manière, puisqu’ils filtrent le dioxygène à travers leur peau. C’est d’ailleurs pour cette raison que leur peau est lisse, humide, et beaucoup plus fine que celle des reptiles.

     Les amphibiens sont réunis au sein d’un même groupe car ils présentent des points similaires entre eux. Ainsi, tous ont une température corporelle semblable à celle des reptiles, c’est à dire qui varie en fonction de celle de l’environnement, et ils doivent donc eux aussi s’exposer au soleil pour emmagasiner la chaleur nécessaire à leur organisme. Mais cette biologie d’être vivant à sang froid réduit leur besoin nutritionnel, et pour cela les amphibiens mangent relativement moins que les oiseaux ou les mammifères. Une fois de plus les amphibiens se rapprochent des reptiles puisqu’ils se reproduisent en pondant des œufs. Cependant, contrairement aux reptiles, la majorité des espèces d’amphibiens ont une fécondation externe, c’est à dire que la femelle libère ses ovocytes qui seront ensuite arrosés par le sperme du mâle. Ils existent quelques exception comme chez certaines espèces de triton où la femelle introduit elle-même dans son cloaque le sperme émis par le mâle.

     Les amphibiens qui nous sont contemporains sont classés en trois ordres différents : les urodèles (salamandres et tritons), les anoures (grenouilles et crapauds), et les apodes appelés aussi gymnophiones qui regroupe les familles d’amphibiens fouisseurs au corps allongé et dépourvu de membres.

  • Deux jours entre orages et violentes averses les 22 et 23 juin. Nous avions eu une petite pluie d'une petite demi-heure fin avril qui avait été précédée par plus de deux mois sans la moindre goutte. Autant dire que si la terre en est ravie, les Ambhibiens eux aussi sont heureux.

    Hier matin entre deux grosses averses, une Jolie Salamandre d'une douzaine de cm est venue se balader sur les tapis du salon d'extérieur... Je suis toujours heureuse de les voir au jardin d'autant qu' à l'instar des Crapauds cela faisait des mois que je ne les voyais plus. N'étant pas à l'endroit idéal, je l'ai prise délicatement dans la main et suis allée la déposer dans un endroit plus propice pour elle. "Rapidement", elle s'est mise à escalader un muret.


    La Salamandre commune ou tachetée (Salamandra salamandra) est un petit animal qui fait partie de la famille des amphibiens, c'est elle que nous rencontrons parfois dans nos jardins. On la retrouve également sculptée sur beaucoup de monuments historiques puisque François 1er en avait fait un emblème royal.

    Longue d'une vingtaine de centimètre à l'âge adulte, la Salamandre a une peau noire, luisante, avec des taches jaunes. Sa peau fait office d'appareil respiratoire en quelque sorte, et a besoin d'un environnement humide. Des mues de la peau se produisent régulièrement. Avec ses grands yeux noirs, la Salamandre jouit d'une vue excellente, notamment la nuit, puisqu'il s'agit d'un animal sortant essentiellement la nuit. En revanche, elle n'a pas d'oreille, ne coasse pas, elle peut uniquement émettre des petits sons en cas de frayeur. Une autre caractéristique de la Salamandre est qu'elle ne nage pas ! Son nez est complété par la présence d'un organe voméro-nasal, formant une bosse avec des cellules olfactives puissantes reliées au nez.

    Glandes parotoïdes (image Wiktionnaire)

    Derrière les yeux, des glandes parotoïdes lui permettent de cracher une sécrétion poison contenant des alcaloïdes pour se défendre contre tout ennemi. La peau secrète aussi des toxines cutanées. Il en résulte brûlures, voire même nausées et vomissements chez celui qui la reçoit ou la touche, y compris l'humain (il est donc conseillé de se laver les mains après l'avoir touchée).

    L'accouplement de la Salamandre en vue de la reproduction se fait toujours hors de l'eau, du printemps à la fin de l'été. Ce n'est qu'ensuite - au printemps suivant - que la femelle, ovovipare, va déposer les larves (une trentaine en moyenne) en eaux calmes, qui vont immédiatement éclore. Curieusement, la femelle conserve le sperme pour d'autres fécondations qui ne nécessiteront donc pas de renouveler un accouplement. A l'état larvaire, la Salamandre peut se confondre avec le triton, toutefois les petites taches jaunes présentes déjà à la base des pattes permettent de les distinguer. Les larves deviendront adultes en 3 à 6 mois.

    La Salamandre peut vivre très longtemps théoriquement mais comme elle se déplace très lentement, il est fréquent que les voitures lui roulent dessus... Lorsque les premières gelées arrivent, elle hiberne dans des lieux tels que puits, caves, tunnels (chez moi elles se cachent sous les petits tas de bois laissés à la disposition des petits animaux). Mais même hors hibernation, il n'est pas facile de la croiser car elle sort essentiellement la nuit et son milieu de prédilection se résume aux forêts humides.

    Les salamandres s'alimentent en capturant des araignées, cloportes, coléoptères, limaces, vers de terre et insectes divers. Elles peuvent aussi se nourrir de tritons et de petites grenouilles ! Les larves  se nourrissent de larves d'insectes et tout autre petits animaux plus petite qu'elles. La sécrétion de toxines empoisonnées protège la salamandre des prédateurs éventuels. Par contre, les larves qui n'en fabriquent pas encore sont l'objet d'attaques de carabes mais aussi de truites et saumons.

    C'est donc une espèce terrestre, nocturne, appréciant principalement les forêts fraîches et humides (surtout de feuillus), mais on peut la trouver dans le maquis provençal si un micro-habitat plus humide se présente. Elle passe la journée sous une grosse pierre, une souche ou un tronc d'arbre tombé au sol, généralement à moins de 100 mètres de l'habitat des larves. Animal hétérotherme (à sang froid), la Salamandre hiverne (léthargie, ralentissement du métabolisme) pendant la mauvaise saison dans son abri. La période d'activité va de février-mars à octobre-novembre.

    L'accouplement a lieu à terre (juin-juillet), et les femelles gardent leurs oeufs dans l'utérus jusqu'à l'éclosion (ovoviviparité). La ponte varie selon les régions entre janvier-février et mai dans le nord et l'est de la France, de septembre à mai dans l'ouest et de mars jusqu'à juin dans les Pyrénées. La femelle dépose la totalité de sa ponte dans l'eau. Le développement larvaire, uniquement aquatique, dure entre 2 et 7 mois selon la date de la mise bas. La maturité sexuelle est acquise entre 3 et 6 ans et la Salamandre peut vivre jusqu'à 20 ans.

    La Salamandre est une espèce protégée en France par la loi de 1976, classée "à surveiller" dans le livre rouge des vertébrés de France et en Annexe 3 de la convention de Berne. En dépit de sa protection légale dans nombre de pays, la Salamandre est en Europe en régression constante depuis au moins un siècle, y compris en France. Les menaces qui pèsent sur la Salamandre sont les mêmes que pour les autres amphibiens : disparition des zones humides, fragmentation du territoire, disparition des milieux terrestres, pollution de l'atmosphère, des sols ou des eaux... et pièges innombrables (comme pour toute la petite faune, les Salamandres sont fréquemment piégées dans les trous d'hommes, citernes, égouts et autres fosses septiques. Leur goût pour les cachettes souterraines humides les expose particulièrement à de tels traquenards). 

    Si toutefois, vous croisez une salamandre dans votre jardin, laissez là en paix : vous aurez compris qu'elle ne nuira pas à votre potager.

     


    75 commentaires
  • Grenouille rieuse - Rana ridibunda

     

    Les rieuses des mares...

     

     

    Les rieuses des mares...

     

     

    Les rieuses des mares...

     

     

    Les rieuses des mares...

     

     

    Les rieuses des mares...

     

     

    Les rieuses des mares...

     

     

    Les rieuses des mares...

     

     

    Les rieuses des mares...

     

     

    Les rieuses des mares...

     


    74 commentaires
  •  

    Grenouille rieuse - Rana ridibunda

     

     

    Grenouille rieuse - Rana ridibunda

     

     

    Grenouille rieuse - Rana ridibunda

     

     

    Grenouille rieuse - Rana ridibunda

     

     

    Grenouille rieuse - Rana ridibunda

     

     

    Grenouille rieuse - Rana ridibunda

     

     

    Grenouille rieuse - Rana ridibunda

     

     


    59 commentaires
  •  

     

    Grenouilles Pelophylax sp.

     

     

    Grenouilles Pelophylax sp.

     

     

    Grenouilles Pelophylax sp.

     

     

    Grenouilles Pelophylax sp.

     

     Hier soir et cette nuit, des images stupéfiantes, sidérantes de Notre Dame de Paris... en feu.
    Une oeuvre d'architecture connue, aimée et admirée mondialement, construite pour un morceau de pain...
    Le monument français le plus emblématique et le plus visité d'Europe qui a traversé 800 ans d'histoire, qui a survécu à des invasions,
    à de précédents incendies, à des guerres civiles et à deux guerres mondiales, s'est trouvé hier soir sous l'emprise des flammes.
    Victor Hugo y avait vu le graffiti "Ananké" sur une pierre en 1820 (Déesse de la fatalité dans la mythologie grecque), c'est grâce à ce graffiti
    qu'il a écrit et publié le roman "Notre Dame de Paris" en 1831, ouvrage qui a largement contribué à la sauver. Il serait atterré de la voir ainsi.
    Notre Dame est défigurée mais est restée debout grâce au travail fantastique des 400 Pompiers qui ont évité au beffroi nord de s'écrouler en
    préservant le Bourdon et cloches et sont parvenus à sauver une bonne partie des objets précieux et des oeuvres dont les orgues et rosace.
    Malheureusement "la forêt" (sa charpente) de 800 ans composée de 1300 Chênes est partie en fumée et sa flèche en bois et plomb
    (d'Eugène Viollet-le-Duc) a été engloutie dans les flammes laissant un trou béant dans la voûte du transcept, des vitraux ont explosé...
    Des trésors inestimables eux aussi ont disparu à jamais. La Sainte Couronne a été partiellement endommagée ainsi que différentes reliques.
    Quelle tristesse pour la parisienne que je suis que de voir ce symbole du patrimoine français ainsi meurtri. 
    Des images que jamais je n'aurai pu envisager pour Elle, que j'ai visité et côtoyé si souvent dans le quotidien de mes trente cinq premières années.
    J'espère que les dommages sur la structure ne seront pas trop importants pour pouvoir "soigner" Notre Dame de Paris grâce aux dons.
    Reste l'échafaudage qui menace de s'écrouler et qui risque à son tour de créer beaucoup de dégâts par son poids énorme.
    Depuis qu'elle existe, Notre Dame de Paris a grandi, évolué à différentes périodes. Elle va continuer de le faire dans les années à venir.
    Heureusement, aucun mort dans cette catastrophe, mais nous avons tous, certainement, un peu le coeur en cendre ce matin...
    Une pensée douloureuse également pour tous ses animaux ailés qui habitaient les toitures de la Cathédrale et qui ont aussi souffert cette nuit.
    Sur les images diffusées, on pouvait en voir certains, en panique, s'approcher des flammes pour tenter de sauver leurs petits ;-(

     


    97 commentaires
  • Fiche info ICI 

     

    Grenouille rieuse  - Pélophylax ridibundus

     

     

    Grenouille rieuse  - Pélophylax ridibundus

     

     

    Grenouille rieuse  - Pélophylax ridibundus

     

     

    Grenouille rieuse  - Pélophylax ridibundus

     

     

    Grenouille rieuse  - Pélophylax ridibundus

     

     

    Grenouille rieuse  - Pélophylax ridibundus

     

     


    70 commentaires
  •  

    Cachées dans les lentilles d'eau, les Grenouille Pelophylax sp.

     

     

    Cachées dans les lentilles d'eau, les Grenouille Pelophylax sp.

     

     

    Cachées dans les lentilles d'eau, les Grenouille Pelophylax sp.

     

     

    Cachées dans les lentilles d'eau, les Grenouille Pelophylax sp.

     

     

     

     


    61 commentaires

  • Pas plus grosse que l'ongle du petit doigt.

    Pélodyte ponctué juvénile (Pelodytes punctatus)

     

     

    Pélodyte ponctué juvénile (Pelodytes punctatus)

     

     

    Pélodyte ponctué juvénile (Pelodytes punctatus)

     

     


    62 commentaires
  • Fiche info ICI

    Ses différentes couleurs ICI

     

    Buisson à Rainettes Méridionales - Hyla meridionalis

     

     

    Buisson à Rainettes Méridionales - Hyla meridionalis

     

     

    Buisson à Rainettes Méridionales - Hyla meridionalis

     

     

    Buisson à Rainettes Méridionales - Hyla meridionalis

     

     

    Buisson à Rainettes Méridionales - Hyla meridionalis

     

     

    Buisson à Rainettes Méridionales - Hyla meridionalis

     

     

    Buisson à Rainettes Méridionales - Hyla meridionalis

     

     

    Buisson à Rainettes Méridionales - Hyla meridionalis

     

     

     


    57 commentaires
  •  

    Fiche info ICI

     

     

    Rainette Méridionale - Hyla meridionalis

     

     

    Rainette Méridionale - Hyla meridionalis

     

     

    Rainette Méridionale - Hyla meridionalis

     

     

    Rainette Méridionale - Hyla meridionalis

     

     

    Rainette Méridionale - Hyla meridionalis

     

     

    Rainette Méridionale - Hyla meridionalis

     

    Étymologie

    Concubinage : "Entretien notoire et simultané du jardinet de devant et de celui de derrière..." [Pour tout l'or des mots, Claude Gagnière]
    Le concubinage (du latin concubina "coucher avec"), était longtemps dénigré comme portant atteinte à la famille.
    Si l'église était favorable au concubinage chez les prêtres avant le 5e siècle, elle le condamna par la suite : les concubins vivaient dans
    le péché et étaient considérés comme des criminels.
    "Les germains et les carolingiens connaissaient un second type de mariage suite à un rapt (ou un viol !) de la femme que l'on nommait
    "concubine"..." [Fiesta - L'histoire du mariage]
    "Sous Napoléon, les concubins ne disposaient d'aucun droit et la société les rejetait durement. Jusqu'au 19e siècle, le concubinage était l'apanage de
    la classe ouvrière. Ce n'est qu'à la fin de la deuxième guerre mondiale que le concubinage "s'embourgeoise" pour devenir une forme de fiançailles
    qui permet aux "futurs" mariés de découvrir la vie à deux. Dès lors le concubinage tend à se généraliser." [Juristudiant]
    Si les relations extraconjugales, le cocuage, les amants et même la prostitution furent sublimés et faisaient thème dans la littérature classique
    (la poésie des Troubadours, le fin'amor, Molière, Shakespeare, Feydeau - et tant d'autres...), il n'en était pas de même du concubinage.
    Trop amoral ? Peu intéressant ? Une perversité qui ne se trempait pas d'encre, semble-t-il...

     


    45 commentaires
  •  

    Grenouilles Pelophylax sp.

     

     

    Grenouilles Pelophylax sp.

     

     

    Grenouilles Pelophylax sp.

     

     

    Grenouilles Pelophylax sp.

     

     

    Grenouilles Pelophylax sp.

     

     

    Grenouilles Pelophylax sp.

     



    Instant réflexion.

    Grenouilles Pelophylax Sp.

     

    Depuis quelques années, et oui, c'est assez récent, nous entendons ou lisons un peu partout "Il ne faut pas juger !"
    Je m'étais déjà exprimée sur cette formule qui à mon sens n'a ni queue ni tête, mais j'ai très envie de développer mon point de vue.

    Vraiment, j'aimerai qu'on m'explique comme si j'avais quatre ans comment il peut être possible d'exister,
    sans avoir nos propres opinions et sans porter de jugement ? Cela reviendrait à exister... sans penser !
    Pourtant, exister en tant qu'humain, c'est penser, réfléchir, juger, avoir un avis (tous des synonymes)... et cela à
    moins d'être atteint d'une maladie ou d'un trouble mental qui empêcherait d'avoir du discernement dans ce qui
    nous entoure, ou encore...d'avoir un QI d'éponge (pas de neurone ce qui me paraît peu vraisemblable), d'être
    lobotomisé où d'être en état de mort cérébrale.


    Pour poursuivre la lecture de cette réflexion dans son intégralité vous pouvez la retrouverez dans le lien

    sous bannière dans  "Les pages info", puis "Réflexions en partage"  ainsi que diverses autres réflexions au fil du temps.

    Vous pouvez accéder plus directement à la page en cliquant ICI 

    Au plaisir de lire vos avis sur ce sujet . Merci

    Quelques avis sont dores et déjà en ligne

     


    60 commentaires

  • Hérault - Août 2016

    Elles ne sont pas plus grosses que l'ongle d'un pouce.

    Rainette Méridionale - Hyla meridionalis

     

     

    Rainette Méridionale - Hyla meridionalis

     

     

    Rainette Méridionale - Hyla meridionalis

     

     

    Rainette Méridionale - Hyla meridionalis

     

     

    Rainette Méridionale - Hyla meridionalis

     

     

    Rainette Méridionale - Hyla meridionalis

     

     Les premières étaient toutes dorées, cette dernière plus verte.

    Rainette Méridionale - Hyla meridionalis

     

     

    « Votre vie perd ou prend de l’expansion en fonction de votre courage. »

    Anais Nin

     


    46 commentaires
  • Aveyron (12)

     

    Grenouilles Pelophylax sp.  dans la Lavogne

     

    Grenouilles Pelophylax sp.  dans la Lavogne   Grenouilles Pelophylax sp.  dans la Lavogne

     

    Grenouilles Pelophylax sp.  dans la Lavogne

     

    Grenouilles Pelophylax sp.  dans la Lavogne

     

    Grenouilles Pelophylax sp.  dans la Lavogne

     


    31 commentaires
  • Hérault et Gard

    Grenouilles Pelophylax sp.

     

    Grenouilles Pelophylax sp.   Grenouilles Pelophylax sp.

     

    Grenouilles Pelophylax sp.

     

    Grenouilles Pelophylax sp.   Grenouilles Pelophylax sp.

     

    Grenouilles Pelophylax sp.

     

    Grenouilles Pelophylax sp.   Grenouilles Pelophylax sp.

     

    Grenouilles Pelophylax sp.

     

     


    37 commentaires
  • Hérault (34)

    Grenouille Pelophylax sp.

     

    Grenouille Pelophylax sp.

     

     


    31 commentaires
  •  Ariège (09)

     Grenouille rieuse -  Pelophylax ridibundus

     

     Grenouille rieuse -  Pelophylax ridibundus

     

     Grenouille rieuse -  Pelophylax ridibundus

     

     


    44 commentaires
  • Hérault (34)

    Grenouilles Pelophylax sp.

     

     


    14 commentaires
  •  

    Hérault (34)

    Hyla meridionalis - rainette méridionale

     

    Hyla meridionalis - rainette méridionale

     

    Hyla meridionalis - rainette méridionale

     

    Hyla meridionalis - rainette méridionale

     

    Hyla meridionalis - rainette méridionale

    Très contents de trouver ces Rainette, et en prime, on a rapporté environ 3kg de glaise accrochée à chaque godasse !


    32 commentaires
  • Languedoc-Roussillon

    Rainette Méridionale - Hyla meridionalis

     

    Rainette Méridionale - Hyla meridionalis

     

    Rainette Méridionale - Hyla meridionalis

     

    Rainette Méridionale - Hyla meridionalis

     

    Rainette Méridionale - Hyla meridionalis

     

     


    21 commentaires
  • Hérault (34)

    Bufo bufo (tout jeune) - Crapaud commun

    Photo faite d'une main, manque un chouilla de netteté

     

     


    31 commentaires
  • Camargue (Bouches du Rhône -13)

    Rainette Méridionale - Hyla meridionalis

     

    Rainette Méridionale - Hyla meridionalis

     

     


    18 commentaires
  • Hérault (34)

    Grenouille Pelophylax sp.

     

    Grenouille Pelophylax sp.

     

    Grenouille Pelophylax sp.

     

    Grenouille Pelophylax sp.

     

     


    42 commentaires
  • Petite Camargue - Gard (30)

    Rainette Méridionale - Hyla meridionalis

    Posée ainsi sur le bout de mon index, elle est minuscule. A peine 1 cm repliée. 

    Rainette Méridionale - Hyla meridionalis   Rainette Méridionale - Hyla meridionalis

    Les rainettes sont, avec leurs cinq espèces, très répandues en Europe.

    La rainette verte et la rainette méridionale se ressemblent énormément. Elles se différencient surtout par leur chant. Une différence visible est que la ligne noire qui va du nez en passant par les yeux et les tympans, se prolonge sur les flancs chez la rainette verte mais se termine à l'avant des pattes antérieures chez la rainette méridionale.
    Leurs couleurs peuvent varier mais généralement elles sont vert clair . Quelques unes sont de couleur plus jaune ou plus orangée et parfois aussi elles ont des taches. Leur ventre est plus clair, couleur crème.

    Par le passé, on considérait la rainette méridionale comme une sous-espèce de la rainette verte. Dans les régions, fréquentées par les deux espèces, elles vivent côte à côte, mais ne croisent pas leur espèce. C’est que les deux espèces ont des chants de parade, émis en chœur par les mâles, complètement différents.

    Grâce à leurs sacs vocaux, qu’ils gonflent, les mâles produisent ce chant, peu supportable pour des oreilles humaines. Les animaux adultes atteignent une longueur du tronc à la tête d'environ 5 cm. Au bout des doigts et aux doigts de pieds, elles possèdent des ventouses qui leur permettent de grimper à la verticale, des surfaces lisses. Leurs doigts de pieds postérieurs sont palmés

    Les rainettes méridionales n’hibernent pas contrairement à d’autres batraciens européens.
    Elles aiment les vallées avec ruisseaux, marécages, vignobles, prés, champs et jardins. Là, elles se tiennent dans les buissons, roseaux et cimes d’arbres.
    C’est au lever du jour et en début de soirée qu’ elles sont le plus actives, elles chassent alors des insectes, des arachnides et des vers. 

    Rainette Méridionale - Hyla meridionalis

     

    Rainette Méridionale - Hyla meridionalis   Rainette Méridionale - Hyla meridionalis

     

    Rainette Méridionale - Hyla meridionalis

     

     


    51 commentaires
  • Hérault (34)

    Grenouille rieuse  - pélophylax ridibundus

     

    Grenouille rieuse  - pélophylax ridibundus   Grenouille rieuse  - pélophylax ridibundus

     

    Grenouille rieuse  - pélophylax ridibundus

     

    Grenouille rieuse  - pélophylax ridibundus   Grenouille rieuse  - pélophylax ridibundus

     

    Grenouille rieuse  - pélophylax ridibundus

     

    Grenouille rieuse  - pélophylax ridibundus   Grenouille rieuse  - pélophylax ridibundus

     

    Grenouille rieuse  - pélophylax ridibundus

     

     


    17 commentaires
  • Aveyron (12)

     

    Grenouilles Pelophylax sp.

     

    Grenouilles Pelophylax sp.

     

     


    23 commentaires
  • Hérault (34)

    Grenouilles Pelophylax sp.

     

    Grenouilles Pelophylax sp.

     

    Grenouilles Pelophylax sp.

     

     


    14 commentaires
  • Camargue - Bouches du Rhône (13)

    Elle n'est pas plus grosse que l'ongue de mon pouce. 

    Toute petite grenouille dans les rizières

     

    Toute petite grenouille dans les rizières

     

    Toute petite grenouille dans les rizières

     

     


    18 commentaires
  • Petite Camargue - Gard (30)

    Fiche info ICI

    Rainette Méridionale - Hyla meridionalis

     

    Rainette Méridionale - Hyla meridionalis

     

    Rainette Méridionale - Hyla meridionalis   Rainette Méridionale - Hyla meridionalis

     

    Rainette Méridionale - Hyla meridionalis

     

     


    33 commentaires
  • Hérault (34)

    Grenouille rieuse ♂ - pélophylax ridibundus

     

    Grenouille rieuse ♂ - pélophylax ridibundus

     

    Grenouille rieuse ♂ - pélophylax ridibundus   Grenouille rieuse ♂ - pélophylax ridibundus

     

    Grenouille rieuse ♂ - pélophylax ridibundus   Grenouille rieuse ♂ - pélophylax ridibundus

     

    Grenouille rieuse ♂ - pélophylax ridibundus

     

    Grenouille rieuse ♂ - pélophylax ridibundus

     

    Grenouille rieuse ♂ - pélophylax ridibundus   Grenouille rieuse ♂ - pélophylax ridibundus

     

    Grenouille rieuse ♂ - pélophylax ridibundus

     

    Grenouille rieuse ♂ - pélophylax ridibundus

     

     


    29 commentaires
  • Hérault (34)

    Une petite marre, dans les fins fonds de l'Hérault, entre chênaies et garrigues...
    rien de plus pour rendre des grenouilles heureuses à chanter !

    Grenouille rieuse - pélophylax ridibundus

     

    Grenouille rieuse - pélophylax ridibundus

     

    Grenouille rieuse - pélophylax ridibundus   Grenouille rieuse - pélophylax ridibundus

     

    Grenouille rieuse - pélophylax ridibundus

     

    Grenouille rieuse - pélophylax ridibundus

     

     


    26 commentaires
  • Petit Camargue - Gard (30)

    Fiche info ICI

    Rainette Méridionale - Hyla meridionalis

     

    Rainette Méridionale - Hyla meridionalis

     

    Rainette Méridionale - Hyla meridionalis

     

    Rainette Méridionale - Hyla meridionalis

     

     


    36 commentaires